1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

PDF Imprimer Envoyer

Narcissisme : vanité, amour ou admiration excessifs de soi-même. Dans les cas extrêmes, le narcissisme entraîne un plaisir érotique dans la contemplation de soi, généralement impliquant une régression à un stade infantile de développement.

 

Néchama (????, « âme ») : 1. l’âme en général. 2. le troisième des cinq niveaux de l’*âme.

 

Néfech (???, « créature », « âme ») : 1. l’âme en général. 2. le plus bas des cinq niveaux de l’*âme.

 

Néhi (??"?), acronyme de *nétsa’h, *hod, *yessod (??? ??? ????, « victoire, splendeur, fondement ») : la troisième triade de *sefirot, qui constitue les attributs de comportement (voir ‘Habad, ‘Hagat).

 

Né’ila (« clôture ») : prière de clôture de *Yom Kippour.

 

Nekoudim (?????, « en pointillé », « tacheté ») : le second stade dans le développement du *monde d’*Atsilout.

 

Netsa’h (?????, « victoire », « éternité ») : la septième des dix *sefirot.

 

Noam Elimélekh (« La douceur d’Elimélekh ») : abrégé des enseignements ‘hassidiques de Rabbi Elimélekh de Lizhensk.

 

Nombre triangulaire : somme de tous les nombres entiers en partant de 1 jusqu’à un nombre spécifique n. Par exemple, le nombre triangulaire de cinq (noté ?5) est 15 = 1 ^ 2 ^ 3 ^ 4 ^ 5.


Notrikoun
(????????, « acronyme ») : méthode d’interprétation dans laquelle un mot est perçu comme composé des initiales ou consonnes principales d’un autre mot ou d’une autre expression.

 

Noukvé DeZeir Anpin (?????? ????? ??????  [Araméen]) : *partsouf de *malkhout.

 

Omer : voir Sefirat HaOmer.

 

Paranoïa : tel qu’employé dans le livre « Transformer les ténèbres en lumière », la « paranoïa » signifie une peur ou une méfiance exagérées des autres ou des circonstances, en se sentant menacé ou poursuivi par eux.

 

Pardes  (?????????, « verger ») : acronyme pour les quatre niveaux généraux d’étude de la Torah (??? ,???? ,??? ,??? ; le sens littéral, l’allusion, l’extrapolation homilétique et le secret).

 

Partsouf (?????????, « profil » ; pl. ????????????, partsoufim) : troisième et dernier stade dans le développement d’une *sefira, dans lequel, d’une articulation décuple de sous-sefirot, il se métamorphose en un personnage qui ressemble à un être humain et qui possède l’ensemble des pouvoirs intellectuels et émotionnels. En tant que tel, il peut donc interagir avec les autres partsoufim (ce qui ne peut se faire avant cette transformation). Ce stade de développement constitue la transition de *Tohou à Tikoun (ou de Nékoudim à Beroudim, voir Mondes).

Les sefirot se développent en une gamme primaire et secondaire de partsoufim, comme ci-dessous :

 

sefira

partsoufim primaires

partsoufim secondaires

kéter

??????? ???????

 

Atik Yomin

« L’ancien des jours »

??????? ???????

Atik Yomin

[la dimension masculine de] « L’ancien des jours »

??????????

????????? ???????

 

Noukvé

deAtik Yomin

[la dimension féminine de] « L’ancien des jours »

???????  ?????????

 

Arikh Anpin

« Le long visage »

???????  ?????????

Arikh Anpin

[la dimension masculine du] « long visage »

??????????

????????? ?????????

 

Noukvé

deArikh Anpin

[la dimension féminine du] « long visage »

‘hokhma

??????

Abba

« Père »

?????? ?????????

Abba Ila’a

« Père céleste »

??????

?????????

Ima Ila’a

« Mère céleste »

binah

??????

Ima

« Mère »

?????????? ??????

 

Israël Saba

« Israël l’Ancien »

?????????

Tevouna

« Compréhension »

les midot

?????? ?????????

Zeir Anpin

« Le petit visage »

?????????? Israël

« Israël »

?????

Léa

« Léa »

malkhout

??????????

???????? ?????????

 

Noukvé

deZeir Anpin

« La femelle de Zeir Anpin »

???????

 

Yaakov

« Jacob »

?????

Ra’hel

« Rachel »

 

Au sein de n’importe quel partsouf en particulier, les sefirot sont disposées le long de trois axes, droite, gauche et central, comme ci-dessous :

 

 

axe gauche

axe central

axe droit

 

couronne

kéter

 

 

compréhension

binah

 

 

sagesse

‘hokhma

 

 

connaissance

da’at

 

 

puissance

guevoura

 

 

bonté

‘hessed

 

 

beauté

tiféret

 

 

reconnaissance

hod

 

 

victoire

netsa’h

 

 

fondement

yessod

 

 

 

royauté

malkhout

 

 

Cette disposition met en évidence trois triades de sefirot : ‘hokhma-binah-da’at (l’intellect), ‘hessed-guevoura-tiféret (les émotions primaires) et nétsa’h-hod-yessod (les attributs comportementaux).

 

Pérek Chira  (??????? ??????, « Chapitre du Chant ») : texte ancien, attribué au Roi David, composé de versets bibliques qui expriment les chants de création de D.ieu.

 

Pessa’h (???, « Pessa’h ») : *yom tov de sept jours (huit jours dans la Diaspora) commémorant la libération du peuple juif de l’esclavage en Égypte.

 

Phobie : peur irrationnelle persistante qui est hors de proportion par rapport au réel danger et qui fait que l’individu évite l’objet de sa peur.

 

Psychanalyse : tel qu’employé dans le livre « Transformer les ténèbres en lumière », la « psychanalyse » signifie l’administration de la psychothérapie par un conseiller. La psychanalyse classique est la méthode de psychothérapie développée tout d’abord par le Dr. Sigmund Freud pour traiter les malaises psychologiques en tentant de pénétrer et d’explorer le subconscient et de traiter les anxiétés et les conflits refoulés.

 

Psychisme : l’*âme. La « demeure » du psychisme est l’esprit conscient.

 

Psychothérapie : toute méthode permettant de soigner les maladies psychologiques par le biais des techniques psychologiques (en opposition aux remèdes médicamenteux). Les formes habituelles de la psychothérapie conventionnelle incluent la thérapie comportementale, la psychothérapie cognitive et la psychothérapie de groupe.

 

Rabbi (??????, « mon maître ») : 1. terme utilisé pour décrire ou s’adresser à un enseignant de Torah. 2. dirigeant d’une branche du mouvement ‘hassidique.

 

Racha (???, « méchant », pl. ?????, rechaïm) : celui qui succombe à son penchant à faire le mal et qui commet un péché. Il conserve ce statut jusqu’à ce qu’il fasse *techouva, stade à partir duquel il devient un *baal techouva.

 

Radla : voir Reicha delo Ityada

 

Ra’hamim (????????, « compassion ») : l’expérience intérieure de la *sefira de *tiféret.

 

Rechimou (?????, « résidu », « impression ») : impression résiduelle de la lumière Divine infinie que D.ieu a retirée de l’espace vacant résultant du *tsimtsoum.

 

Récipients : voir sefira.

 

Refoulement : voir *répression.

 

Reicha deArikh (????????? ???????, « la tête de *Arikh [Anpin] » [Araméen]) : la plus basse des trois « têtes » de *kéter, synonyme de *partsouf de *Arikh Anpin. En termes psychologiques, volonté super-consciente.

 

Reicha deAyin (??????? ???????, « la tête du néant » [Araméen]) : la tête centrale des trois « têtes » de *kéter, reliée aux émotions du *partsouf de *Atik Yomin. En termes psychologiques, plaisir superconscient.

 

Reicha delo Ityada (?????????? ????? ??????? [Araméen]) : la plus élevée des trois « têtes » de *kéter, reliée au kéter et intellect du *partsouf de *Atik Yomin. En termes psychologiques, croyance superconsciente en D.ieu.

 

Répression : Dans le cadre de la psychologie classique, « répression » signifie l’exclusion consciente du cerveau des désirs, pensées ou souvenirs inacceptables en opposition au refoulement, qui signifie l’exclusion inconsciente du cerveau de tels désirs, pensées ou souvenirs. Dans cet ouvrage, nous employons le terme refoulement pour parler des processus tant conscients qu’inconscients et réservons le terme répression pour la maîtrise de l’ego, ce qui correspond à la première signification de la recommandation du Roi Salomon en ce qui concerne le traitement de l’anxiété, ainsi qu’avec la « *soumission », la première phase du processus en trois points du Baal Chem Tov.

 

Roch Hachana (??? ????, « commencement de l’année ») : la Nouvelle Année juive, qui commémore la création de l’homme durant le sixième jour de la création, jour de jugement universel.

 

Roch ‘Hodech (??? ???, « nouveau mois ») : le premier jour d’un mois juif qui est un jour de célébration.

 

Roua’h (« esprit ») : le second niveau le plus bas de l’*âme.

 

Roua’h Hakodech (??????? ?????, « inspiration Divine ») : la capacité, donnée par D.ieu, du Juste à deviner correctement les implications d’une situation donnée selon sa propre intuition ; le premier stade de la prophétie tel que défini par Maimonide.

 

Sages : voir *Torah.


   

Section de la Torah :

Une section de la Torah correspond à l’une des cinquante-quatre divisions du Pentateuque. Celui-ci a été ainsi découpé afin de délimiter pour chaque semaine la lecture effectuée à la synagogue qui lui correspond. Il existe aussi des sections de la Torah spécifiques aux fêtes.

 

Séfer Ha’Hinoukh

Le Séfer Ha’Hinoukh est un ouvrage médiévale populaire qui énumère les 613 commandements de la Torah (en se basant sur la manière de compter de Maimonide) et qui les explique tant du point de vue légal que moral.





Sefira (????????, pl. ?????????, sefirot) : canal d’énergie ou de force vitale Divine. C’est via les sefirot que D.ieu interagit avec la Création ; elles peuvent donc être considérées comme Ses « attributs ».

La littérature kabbalistique parle, en tout, de onze sefirot. Mais, dans la mesure où deux d’entre elles  (kéter et da’at) correspondent à deux dimensions d’une unique force, la tradition n’évoque en général que dix sefirot. Chaque sefira possède également une expérience intérieure, comme cela est expliqué dans la *‘Hassidout. L’ordre des sefirot est exposé dans le tableau ci-dessous.

Émanant à l’origine comme de simples forces à l’image d’un point, à un certain stade, les sefirot se développent pour devenir des gammes complètes de dix sous-sefirot. Suite à cela, elles se métamorphosent en *partsoufim.

Les sefirot sont composées de « lumières » et de « récipients ». La lumière de toute sefira correspond au flux Divin qu’elle contient ; le récipient est l’identité que prend ce flux afin de se relier à un aspect du monde de manière spécifique ou bien de le créer. Dans la mesure où toute réalité est créée par le biais des sefirot, elles constituent le paradigme conceptuel permettant de comprendre toute la réalité.

 

nom

expérience intérieure

kéter

??????

 

« couronne »

1. ????????

2. ?????????

3. ??????

 

1. « foi »

2. « plaisir »

3. « volonté »

‘hokhma

???????

 

« sagesse »

« sagacité »

????????

« annihilation

de soi »

binah

???????

« compréhension »

????????

« joie »

da’at

??????

« connaissance »

??????

« union »

‘hessed

?????

« bonté »

???????

« amour »

guevoura

?????????

« force »

« puissance »

???????

« crainte »

tiféret

??????????

« beauté »

????????

« miséricorde »

netsa’h

?????

« victoire »

« éternité »

??????????

« assurance »

hod

????

« splendeur »

« remerciements »

??????????

« sincérité »

« droiture »

yessod

??????

« fondement »

?????

« vérité »

malkhout

????????

« règne »

?????????

« humilité »

 

Sefirat HaOmer (????? ????, « compte du Omer ») : un omer est une mesure de capacité pour matières sèches mentionnée dans la Torah et qui fait référence, plus spécifiquement, à la mesure d’orge offerte dans le *Temple durant le second jour de *Pessa’h. En partant de ce jour-là, le juif a le commandement de compter les quarante-neuf jours suivants. À la suite de cette période, le cinquantième jour, tombe la fête de *Chavouot.

 

Sefirot : pluriel de *sefira.

 

Séparation : identifier le bien et le mal dans n’importe quelle entité ou situation particulières ; seconde phase du développement spirituel tel qu’enseigné par le Baal Chem Tov.

 

Soukot (????, « cabanes ») : *yom tov célébrant la fin des moissons et commémorant les nuées de gloire qui accompagnaient le peuple juif durant leurs pérégrinations à travers le désert, à la suite de l’exode d’Égypte.

 

Soumission : maîtriser l’ego ; le premier des trois stades de développement spirituel enseigné par le Baal Chem Tov.

 

Subconscient : dans le cadre de la psychologie classique, ce terme inclut l’inconscient et le préconscient. Pour l’usage populaire (ainsi que dans le livre « Transformer les ténèbres en lumière »), ce terme est employé comme un synonyme de l’*inconscient.

 

Tahara (????, « pureté » rituelle) : état spirituel dans lequel on se purifie d’un degré spécifique de *touma (ou de l’ensemble de la touma) et qui permet donc de pénétrer dans certaines zones, de toucher ou d’être touchés par certains objets ou de consommer de la nourriture, toute chose qui sans cela était interdite. En général, le processus permettant d’atteindre la tahara implique un certain type de réaffirmation de la vie, comme une immersion dans un mikvé. Le corrélat spirituel à la tahara est une allégresse ou une joie optimiste dans le service de D.ieu. Voir touma.

 

Talmud (?????????, « étude ») : version écrite de la majeure partie de la *Torah Orale, comprenant essentiellement des sujets d’ordre légal, mais également des homélies et même des questions clairement mystiques.

Le Talmud comprend la Michna (????????, « répétition ») et la Guemara (????????, « achèvement »). La Michna est l’abrégé fondamental des lois (chacune d’elles connue comme une michna) composant la Torah Orale, rédigée par Rabbi Yéhouda le Prince au second siècle de l’ère chrétienne. La Michna fut détaillée durant les siècles suivants dans les centres d’étude de la Terre Sainte et en Babylonie, ce qui donna lieu à la Guemara.

Il existe donc deux Talmud : celui qui fut composé sur la Terre Sainte, connu sous le nom de Talmud Yérouchalmi (« Le Talmud de Jérusalem »), achevé au troisième siècle et celui qui fut rédigé en Babylonie, le Talmud Bavli (« Le Talmud de Babylonie »), terminé au sixième siècle.

La Michna – et ipso facto le Talmud – est divisée en traités. Les références à la Michna se composent simplement du nom du traité suivi du numéro du chapitre et de la michna individuelle. Le Talmud de Jérusalem fut imprimé, pour la première fois, à Venise en 1523-24. Bien que les éditions suivantes aient généralement présenté la même pagination que celle-ci, elle est néanmoins citée par chapitre et numéro d’halakha (i.e. michna individuelle), comme dans la Michna. Les références qui y sont rattachées sont donc précédées d’un « Y », afin de les distinguer des références à la Michna elle-même. Le Talmud de Babylonie fut, pour la première fois, imprimé dans sa totalité à Venise en 1520-23 et les éditions qui suivirent ont présenté la même pagination que celle-ci. Les références aux traités du Talmud Bavli se composent simplement du nom du traité suivi de la page et de la face (« a » ou « b »).   

 

Tanya (« Il est enseigné ») : l’ouvrage majeur du *Hassidisme *Habad, écrit par Rabbi Chnéour Zalman de Liadi (1745-1812). Connu aussi sous le nom de Likouté Amarim (« Collection d’enseignements ») et Séfer chel Bénonim (« Le livre des personnes intermédiaires »).

 

Techouva (??????????, « retour ») : retour d’une personne (ou d’une communauté), après une période d’éloignement, au stade de ne faire qu’un avec D.ieu et Sa Torah et de s’engager à observer cette voie. Voir *Baal Techouva.

 

Temimout (??????????, « sincérité ») : 1. droiture et sincérité, soit dans la conduite d’une personne envers son prochain, soit dans son attachement à D.ieu. 2. l’expérience intérieure de *hod.

 

Temple (en hébreu : ???????????? ?????, « Maison du Sanctuaire ») : le Sanctuaire primordial de Jérusalem qui sert de demeure physique à la Présence de D.ieu sur terre et de lieu pour le service des sacrifices. Le Temple est le centre de la conscience spirituelle d’une personne. Le premier Temple fut construit par le Roi Salomon (en 833 avant l’ère chrétienne) et fut détruit par les Babyloniens (en – 423) ; le second Temple fut construit par Zerubabel (synonyme, selon certaines opinions, de Néhémie, en 353 avant l’ère chrétienne), remodelé par Hérode et détruit par les Romains (en 68) ; le troisième Temple, qui durera éternellement, sera construit par le *Machia’h.

 

Tevouna (?????, « compréhension ») : le plus bas des deux *partsoufim secondaires qui se développe à partir du partsouf de *Ima, dont le plus élevé est Ima Ila’a (??? ????).

 

Thérapie médicamenteuse : traitement des problèmes de santé psychologique par des médicaments.

 

Ticha beAv (???? ???, « le neuf *Av ») : jour de jeûne commémorant les destructions des deux Temples, qui eurent lieu ce jour-là.

 

Tiféret (??????????, « beauté ») : la sixième des dix *sefirot.

 

Tikoun (????, « rectification », pl. ??????, tikounim) : 1. état de perfection et d’ordre. 2. « le monde de Tikoun » est le *monde qui manifeste le premier cet état, qui est synonyme du monde d’Atsilout (et Beroudim, voir Monde). 3. processus spirituel de libération des fragments de lumière Divine retenus dans le domaine matériel, inconscient de la présence de D.ieu, restaurant ainsi le monde à son état voulu de perfection d’origine. Cet objectif peut être atteint grâce à l’accomplissement des *mitsvot. 4. remède prescrit contre les effets produits par le fait de commettre une faute.

 

Tikounim : pluriel de *tikoun (quatrième sens).

 

Tohou (??????, « chaos ») : 1. état primaire, non rectifié, de la Création. 2. « Le monde de Tohou » est le *monde qui présente cet état, synonyme de la forme initiale et prématurée du monde d’*Atsilout. Il se développe en deux étapes : une forme stable (Akoudim) suivie d’une forme instable (Nékoudim, voir Monde). Le monde de Tohou se caractérise par de « grandes lumières » qui pénètrent des « récipients » prématurés, résultant de la « brisure des récipients » (????????? ?????????). Voir Tikoun.

 

Torah (???????, « enseignement ») : la volonté et la sagesse de D.ieu telle qu’elles ont été communiquées à l’homme. La Torah préexista à la création et D.ieu l’utilisa en tant que plan pour créer le monde.

D.ieu enseigna certainement les enseignements de la Torah sous une forme quelconque à Adam, qui se transmirent oralement de génération en génération. Toutefois, D.ieu a « officiellement » donné la Torah à l’humanité vers 1313 avant l’ère chrétienne (ainsi que durant les quarante années qui suivirent) au Mont Sinaï par l’intermédiaire de Moïse. Les Dix Commandements furent prononcés en présence de la totalité du peuple juif.

D.ieu donna la Torah en deux parties : la Torah écrite et la Torah orale. La Torah écrite consistait, à l’origine, en les Cinq Livres de Moïse (le « Pentateuque »), les autres livres ont été ajoutés par la suite. La Torah orale fut transmise en même temps que les Cinq Livres de Moïse comme une explication des lois et des usages qu’ils contenaient. Ces connaissances furent ensuite notées par les sages de la Torah Orale sous la forme du *Talmud, du *Midrach et du *Zohar. (Toutes les références à « nos Sages » dans ce livre évoquent les Sages qui ont transmis la Torah Orale telle que retranscrite dans ces ouvrages.)

 

Touma (????, « impureté » rituelle) : état spirituel contracté par quelqu’un ou quelque chose en diverses circonstances et à différents degrés, dans lequel il est interdit de pénétrer dans diverses aires sacrées ou de toucher, d’être touché par des objets sacrés ou de consommer de la nourriture. En général, les sources de touma sont d’une certaine façon reliées à la mort (ou à une possibilité ratée de vie potentielle) et le processus de purification nécessite un certain type de réaffirmation de la vie. Le corrélat spirituel à la touma est la dépression ou le désespoir. Voir tahara.

 

Tsadik (???????, personne « juste » ; pl. ??????????, tsadikim) : celui qui a totalement vaincu le mauvais penchant de son âme animale (et qui en a converti le potentiel en bien). Voir *bénoni, *racha.

 

Tsadikim : pluriel de *tsadik.

 

Tsimtsoum (?????, « contraction ») : contraction et « retrait » de la lumière infinie de D.ieu afin de permettre la création de réalités indépendantes. Le tsimtsoum primordial généra l’ « espace vacant » (???), dépourvu d’une conscience directe de la présence de D.ieu. Voir Kav et Rechimou.

 

Vêtements (de l’âme) : moyens d’expression (envers soi-même ou les autres) : pensée, parole et action.

 

Yé’hida (?????, « l’unique ») : le plus élevé des cinq niveaux de l’*âme.

 

Yessod (??????, « fondement ») : la neuvième des dix *sefirot.

 

Yétsira (????????, « formation ») : un des quatre *mondes.

 

Yom Kippour (???????? ????, « Jour d’Expiation ») : le jour le plus saint de l’année juive, marqué par le jeûne et la *techouva, plus particulièrement par le biais de la confession des fautes.

 

Yom Tov (??? ???, « bon jour » ou « jour de fête ») : jour de fête durant lequel, sauf exceptions, le travail de la semaine est interdit comme durant *Chabat.

 

Zeir Anpin (???? ?????, « le petit visage » [Araméen]) : *partsouf des *midot, correspondant aux facultés émotionnelles de l’âme. En général, le concept de « finitude » ou de « pouvoir fini » est identifié à Zeir Anpin.

 

Zohar (?????, « Brillance ») : un des textes fondamentaux de la *Torah Orale et de la Kabbale, consignant les enseignements mystiques de Rabbi Chimon bar Yo’haï (IIe siècle). La littérature relative au Zohar comprend le Zohar lui-même, les Tikouné Zohar et le Zohar ‘Hadach. Le Zohar fut imprimé en 1558 à Mantoue ainsi qu’à Crémone, mais sa pagination standard suit celle de l’édition de Mantoue.